5 mythes sur le CBD

Depuis 2018, le cannabidiol ou CBD connaît une forte croissance avec un marché toutefois encore jeune. Malgré sa légalité et ses propriétés vertueuses établies par de nombreuses recherches scientifiques, le CBD reste cependant méconnu du grand public et encore empreint de fausses idées. Voici donc les 5 affirmations sur le CBD qui ont encore le plus de popularité, mais qui sont toutefois des mythes qui ont la vie dure.

Le CBD fait planer : faux

Nombreux pays du monde boycottent encore le cannabis parce que ce dernier fait planer, c’est-à-dire, crée un état second, de quasi-absence et de bien-être. Étant donné que le cannabidiol du CBD est une essence issue du cannabis, beaucoup de personnes pensent qu’il a les mêmes propriétés. Or le CBD tel qu’il est commercialisé, avec un taux de THC très faible, ne bénéficie d’aucune propriété neuroleptique.

De ce fait, le CBD ne possède pas la capacité de déposséder un consommateur de tout contrôle. Par ailleurs, les effets thérapeutiques du cannabidiol sont tels que certains pays permettent son utilisation pour traiter l’épilepsie infantile et le soulagement des douleurs chez les personnes âgées.

Le CBD n’est pas légal en Europe : faux

Une autre affirmation concernant le CBD est qu’il est illégal en Europe et cette affirmation est fausse. En effet, l’Union européenne concède le fait que le cannabidiol ne présente aucun danger et l’autorise dans tous les états membres.

Quelles que soient les rumeurs, le cannabidiol est totalement légal au sein de l’Union européenne et y compris la France. Si les controverses par rapport à la légalité subsistent encore, cela concerne les produits à base de cannabis light. Ces produits contiennent, en effet, du THC à un niveau supérieur à la norme légale.

Contrairement au CBD isolé, les fleurs et feuilles sont encore prohibées. Les huiles CBD, les divers liquides, les concentrés, les gélules et patchs ne sont donc pas concernés par la restriction.

Une dose plus forte de CBD a des effets plus forts : faux

Contrairement aux psychotropes, l’overdose de CBD n’est pas possible. Toutefois, une consommation excessive entraîne des conséquences même si celles-ci sont infimes. On peut notamment constater des effets secondaires tels que des ballonnements, la bouche sèche et des nausées ou de la fatigue dans le pire des cas.

Augmenter la dose de cannabidiol à consommer ne conduit pourtant pas à des effets plus prononcés. Il est conseillé de commencer par une posologie à petite dose pour ensuite augmenter au fur et à mesure jusqu’à l’obtention de la quantité idéale. De cette manière, vous éviterez les dépenses inutiles et une consommation trop importante.

Le CBD est dangereux : faux

Affirmer que le CBD est dangereux est totalement faux. Les études scientifiques à propos du cannabidiol sont légion et permettent d’en apprendre toujours davantage sur ce produit. L’absence de danger de ce produit a été établie à maintes reprises même si le dosage idéal en fonction des situations n’a pas été établi.

Certes il existe des risques d’interférence avec d’autres médicaments, en particulier les antidépresseurs, toutefois, le cannabidiol est conseillé dans le traitement de certaines maladies.

Le CBD est même indiqué dans le traitement de certaines maladies infantiles et certaines maladies qui touchent les séniors. Il est toutefois fortement conseillé de consulter un médecin pour discuter de la prise du CBD dans un but thérapeutique pour éviter toute interaction médicamenteuse ou effets nocifs.

Il est difficile de se procurer du CBD : faux

C’est totalement inexact d’affirmer que se procurer du CBD est complexe. En effet, depuis sa légalisation, il existe plusieurs vendeurs de CBD ou cannabidiol dans des boutiques physiques ou sur Internet. Se procurer du CBD de qualité est donc devenu facile.

Toutefois, il vous revient de vous assurer de la qualité du produit commercialisé par votre revendeur pour garantir la qualité et la légalité du produit que vous vous procurez. Il est toujours conseillé de consommer un produit sûr acheté dans des conditions officielles et à un commerçant établi afin d’éviter les risques inutiles.