CBD et allaitement sont-ils compatibles ?

De nombreuses femmes qui consomment du CBD avant de tomber enceintes se posent la question de la compatibilité du CBD avec cette période de leur vie. Cette question pertinente se pose aussi aux femmes qui font le choix d’allaiter leur enfant. En donnant le sein à bébé, peuvent-elles transmettre du CBD à leur enfant et avec quelles conséquences ? Même si la science reste floue ou peu avancée sur ce sujet, il est possible de voir quelles recommandations font les scientifiques à propos du CBD et de l’allaitement.

L’allaitement est une formidable expérience qui demande un soin particulier

La période de l’allaitement est souvent un grand moment de bonheur pour les mamans. Elle permet la création d’un lien unique avec l’enfant et c’est souvent une pause bienvenue dans des journées qui sont chargées.

Comme pour la grossesse où la maman a de nombreux interdits alimentaires, la surveillance des aliments et des boissons reste d’actualité pendant la période d’allaitement.

Des composants spécifiques de votre alimentation peuvent très bien passer vers le nouveau-né via le lait maternel. C’est pourquoi il est naturel de se poser la question en ce qui concerne non seulement l’alimentation, mais aussi la prise de substances telles que le CBD.

Très peu d’études scientifiques concernant le lien entre CBD et lait maternel

À ce jour, la communauté scientifique a produit très peu d’études concernant l’impact du CBD sur le lait maternel. Beaucoup d’études se sont focalisées plutôt sur le THC dans le lait maternel.

Ainsi, l’American Academy of Pediatrics a conduit une étude réalisée auprès d’un échantillon de 50 femmes allaitantes. Le but était de constater la présence de tétrahydrocannabinol et de cannabidiol dans le lait maternel.

Les conclusions de cette étude laissent apparaître clairement que le THC s’est avéré détectable dans 63 % des cas. En revanche, aucune trace de CBD ne fut constatée.

Le problème est que la concentration de cannabinoïdes ingérés n’est pas donnée par l ‘étude et il est donc délicat d’en tirer des conclusions définitives.

Une autre étude américaine de 2018 réalisée par l’université de San Diego a pu montrer que le principe actif du cannabis (le THC) restait détectable pendant 6 jours dans le lait maternel après l’ingestion. Le CBD qui a une demi-vie plus courte que le THC doit y laisser des traces pendant moins de temps, mais aucune étude n’a pu mesurer ce fait.

Une position de prudence s’impose

Le professeur Amine Benyamina, président de la Fédération française d’addictologie, est plutôt opposé à la prise de cannabidiol pendant la période de gestation. Sa position est moins trachée pour la phase de l’allaitement même s’il recommande s’en passer.

Il déclarait ainsi à un magazine consacré aux jeunes mamans que sans le recul scientifique nécessaire pour prouver l’absence de de danger et par précaution, il vallait mieux éviter la prise de CBD pendant la période de l’allaitement.

C’est le conseil que nous affichons pour l’ensemble de nos produits à base de CBD.

Même si aucune incompatibilité entre CBD et allaitement n ‘a été démontrée et qu’aucun danger spécifique n’a été mis en évidence, il apparait plus prudent que chacun puisse décaler de quelques semaines sa consommation de CBD pour garantir à l’enfant un lait maternel totalement neutre de ce point de vue.

Il est démontré que le CBD a une influence positive sur divers soucis que peuvent rencontrer les femmes pendant ces périodes délicates de la grossesse et de l’allaitement comme :

  • Le mal de dos à cause du poids du bébé
  • Le blues post-partum ou la dépression post-natale, épisode fréquent chez de nombreuses jeunes femmes (notamment au premier enfant)
  • Le soulagement de diverses douleurs chroniques : il est bien connu que les changements physiques de la grossesse entraînent souvent des douleurs et des gênes importantes.
  • Les contractions prématurées qui sont souvent dues au stress.
  • Les nausées et vomissements qui surviennent souvent en début de grossesse
  • La fatigue générale : elle est souvent présente après l’accouchement alors que les journées de la maman se rallongent.

Néanmoins, en absence d’étude qui démontre la non-dangerosité pour le bébé, le principe de précaution impose une recommandation d’usage qui déconseille la prise de CBD aux femmes enceintes et allaitantes.